Archives mensuelles : février 2012

Du baume country-folk: Sundowners, d’Austin Leonard Jones

À travers le gris et le froid de février, il est bien de pouvoir trouver des façons de se réchauffer le corps et l’esprit. Une des façons que j’ai trouvé est un album country-folk tout simple et tout court, signé Austin Leonard Jones.

Totalisant moins de 18 minutes de musique, Sundowners va droit à l’essentiel. Avec ses 8 chansons, l’album rappelle les couchers de soleil du mois d’août, les longues balades en voiture pendant l’été et la beauté du printemps. Le style de ce dernier oscille entre folk et country et reste tout à fait honnête et libre. Du beau travail d’un musicien indépendant.

L’album est disponible gratuitement via le Free Music Archive. Voilà un téléchargement fortement recommandé pour mettre un peu de baume dans cette fin d’hiver.

 

Voir: Austin Leonard Jones, sur Free Music Archive

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Audio&Vidéo

Je le veux: Samsung Galaxy Note

Appareil convergent, le Samsung Galaxy Note est un excentrique dans la mer de téléphones et tablettes Android. Avec son écran de 5.29 pouces (à résolution 800×1280), il est assis directement entre un téléphone et une tablette. Un tabléphone (ou une téléblette), si vous voulez.

Les caractéristiques techniques du Note sont aussi impressionnantes que la taille de son écran: processeur bi-coeur cadencé à 1.5GHz, giga-batterie de 2500mAh, caméra 8 mégapixels avec auto-focus et vidéo HD. Mais en plus de tout ça, Monsieur Galaxy Note cache une surprise.

Un stylet.

Oh que si. Puis ce n’est pas n’importe quel stylet, non que non, c’est un stylet avec détection de la pression. Un vrai stylet pour personne créative.

Oh que tellement je le veux cet appareil.

Le Galaxy Note est maintenant disponible chez Bell, Telus et Rogers.

Voir: Galaxy Note sur le site de Samsung

Poster un commentaire

Classé dans Gadgets&Gear

Windows 8 Consumer Preview sera lancé le 29 février

Microsoft a annoncé aujourd’hui la date du lancement de l’avant-première consommateur de Windows 8. Cette dernière sera lancée le 29 février 2012, pendant le Mobile World Congress.

Vous pouvez être certain que j’en ferai un test dès la sortie. Restez à l’écoute!

Via: The Verge

 

Poster un commentaire

Classé dans Techno

Un futur transparent: A Day Made Of Glass 2, de Corning

J’adore les vidéos présentant des visions futuristes de la technologie. En voici un superbe, signé Corning. Corning est un fabricant de verres et céramiques d’ingénierie. Sans que vous le sachiez, beaucoup de vos gadgets embarquent du verre Corning.

Régalez-vous de ce petit vidéo et vive le futur!

Poster un commentaire

Classé dans Gadgets&Gear

Objet favori: Lomo LC-A

Il est rare que je reste attaché à un objet ou un appareil plus que quelques mois. Peut-être parce que j’ai le syndrome des trucs brillants, mais rarement un gadget arrive à conserver mon attention très longtemps.

Une des exceptions à cette cruelle et implacable règle est la Lomo LC-A. Petit appareil photo rétro à l’air inoffensif, la LC-A possède une forte personnalité. Chaque photo prise avec cet appareil aura un caractère propre, une forme de vitalité qui est peu présente ailleurs.

J’ai acheté ma LC-A en 2008 et, depuis, elle est (pratiquement) toujours avec moi. C’est la caméra que j’amène partout, la caméra qui est toujours dans mon sac. C’est une des trois caméras que j’amènerais sur une île déserte (même si ça servirait à rien, à ce que je sache il n’y a pas de laboratoires photo sur les îles désertes…)

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Gadgets&Gear

Cinq questions à Jonathan Holmes de Destructoid

Jonathan Holmes dans une scène fictive de Rhythm Heaven Fever

Cette édition de Cinq questions en est une bien spéciale. J’ai le plaisir, l’honneur même, d’avoir comme victime cette semaine monsieur Jonathan Holmes, rédacteur associé pour Destructoid, musicien, ancien co-animateur du Destructoid Show et homme plus grand que nature.

Holmes, en plus de son travail sur le site Destructoid.com et de ses multiples projets vidéo, a lancé son nouvel album, Talking To Women About Videogames, The Album, il y a de cela quelques semaines.

Étant déjà fan de son travail, autant à l’époque où il animait le Destructoid Show que par ses articles, j’ai décidé hier soir de prendre mon courage à deux mains et lui demander s’il voulait répondre aux cinq questions de Monsieur Camion. J’ai été surpris de la qualité, de l’authenticité et de la générosité de ses réponses.

Alors, mesdames, messieurs, j’ai la grande joie de vous offrir les cinq questions à Jonathan Holmes. Let’s go!

1. Qu’est-ce qui t’as amené à vouloir devenir journaliste de jeux vidéo?

J’ai 35 ans, alors je suis venu au monde à une époque où les jeux vidéo étaient bien différents. En toute honnêteté, je ne suis pas certain que j’aurais développé un intérêt pour le journalisme de jeux vidéos si j’étais 15 ans plus jeune. Dans les années 80 et 90, le point central, ce qui faisait vendre un jeu était souvent son design et ses concepts de jouabilité, la façon que celui-ci avait de tirer le meilleur des limitations technologiques de l’époque. De nos jours, c’est bien souvent l’inverse, on vante les mérites et prouesses technologiques en laissant bien souvent la créativité de côté.

Holmes discute avec Sonic

Ceci dit, je ne pourrais être plus heureux du fait que je rédige mes articles à propos de jeux vidéo modernes avec ma perspective plutôt rétro. Malgré le fait que j’ai souvent l’impression que je ne perçois pas les forces et faiblesses relatives du médium de la même façon qu’un adolescent de 15 ans, je crois qu’on peut s’apprendre et gagner beaucoup en mélangeant les points de vue.

2. Est-ce que ça te manque d’animer le Destructoid Show et comment as-tu apprécié ton expérience en tant qu’animateur de websérie?

C’est certain que ça me manque de faire partie du Destructoid Show et c’est pourquoi je prends chaque opportunité que j’ai d’y apparaître. C’est une joie que de travailler avec Tara, comme ça l’est de travailler avec Max, mais évidemment de façon bien différente. Je crois qu’ils sont idéaux pour la série ainsi que pour le format que celui-ci a pris.

Cela dit, je ne m’ennuie pas du tout de la peur qui accompagnait l’animation du show. D’avoir sa sécurité financière, ainsi que l’assurance-santé de sa femme et soi-même, reposer sur le succès d’une nouvelle websérie sur les jeux vidéo était quelque chose de très stressant. Puis ça, ce n’était que le stress de surface. En dessous de tout cela il y avait la peur de décevoir Tara, de laisser tomber toute l’équipe de Revision3 et de Destructoid. Je me sentais comme si mon futur, le futur de cette nouvelle émission ainsi que le futur du partenariat entre Revision3 et Destructoid était complètement dépendant d’à quel point j’arriverais à donner aux auditeurs ce qu’ils désirent.

D’avoir toute sa destiné dépendre qu’à quel point on vous aime n’est pas le sentiment le plus confortable. En tournant l’émission, c’est comme si j’avais une affiche sur le torse disant «Will talk about video games for food». C’est parfait si les gens vous nourrissent de steak et de carottes, mais qu’est-ce qui arrive si tout ce que vous obtenez c’est des croûtes de pain et du cèleri mou pendant quelques mois? C’était difficile de ne pas s’ennuyer de la solidité et du sens de contrôle de sa propre vie que d’avoir un véritable emploi hors du monde du divertissement apporte.

Voilà pourquoi il est beaucoup mieux pour moi que de faire de petits projets vidéo qui peuvent réussir ou être un échec (côté nombre de vues) sans que ça ait de conséquences directes sur ma capacité à ne pas mourir. Je me sens aussi motivé et déterminé à réaliser ces petits projets et faire en sorte qu’ils aient du succès que je l’étais à faire en sorte que le Destructoid Show réussisse bien, mais maintenant le fait de devoir filtrer mon contenu pour plaire à une audience ne me traverse même pas l’esprit. Je peux déterminer du succès de mes vidéos selon comment j’ai réussi à suivre mon instinct et ma vision et non par le nombre de vues que ceux-ci ont eu.

3. Comment as-tu développé cet incroyable goût dans le choix des t-shirts?

Pratiquement tous les t-shirts que je possédais étaient achetés à l’Armée du Salut à San Francisco (note de lecture: Revision3, la chaîne de webtélé où passe le Destructoid Show, est à San Francisco). Comme j’ai mentionné plus tôt, j’étais très inquiet de ma santé financière quand je bossais sur le Destructoid Show. Je n’ai pratiquement rien mangé d’autre que des oeufs, des noix, des fruits et de l’orge pendant 3 mois. Je ne sortais pas non plus. Tout le temps passé hors du lit était employé à travailler pour le show, à faire la promotion du show, à écrire pour Destructoid, faire un livestream pour Destructoid ou faire de la recherche.

La chose que je me permettais de faire pour décompresser, c’était, une fois semaine, de me rendre à l’Armée du Salut et acheter des t-shirts usagés. Même ça c’était en partie pour le show, j’en avais fait ma mission que de ne jamais porter le même t-shirt deux fois alors que je travaillais pour l’émission. À chaque visite au magasin je faisais toutes les allées. Des fois, ça me prenait des heures pour trouver quelque chose. Je crois que ça en a valu la peine, autant pour mon état d’esprit que pour mon apparence physique.

Le seul problème est que, maintenant, j’ai environ 50 t-shirts que je n’ai jamais la chance de porter.

4. Tu ne quittes jamais la maison sans…?

Je ne quitte jamais la maison sans avoir mal partout. Mon corps est poche. Plusieurs parties de celui-ci refusent désormais de fonctionner. Ça me frustre beaucoup. Mais ça fait une bonne motivation pour garder la forme. Je fais du jogging avec une grande haine pour mon corps. J’essaie de lui montrer que je crois qu’il est un vrai petit con en le forçant à faire du jogging.

5. Si tu pouvais revenir dans le temps, tu retournerais à quelle époque et pourquoi?

Si je pouvais retourner dans le temps, je retournerais probablement dans les années 80 et je développerais des jeux pour le Commodore 64, le NES ou le Mac. C’était une époque où tous les jeux étaient conçus par une équipe de maximum 20 personnes et c’était toujours un travail de grande passion et acharnement. Ce genre de développement persiste sur la scène indépendante, mais c’est pas comme si ces gens-là ont une quelconque forme de sécurité financière ou d’assurance maladie. Auparavant, on pouvait avoir le meilleur des deux mondes, à l’époque où un jeu n’avait qu’à être vendu à quelques cent mille copies pour être considéré un grand succès. Malgré le fait que peu de ces développeurs ne soient jamais devenus riches, ils ont eu l’opportunité de faire de l’art avec un médium naissant et innovateur, tout en sachant que même si leur travail n’attirerait qu’une toute petite partie de la population, ils ne décéderaient pas de famine ou enfoui sous une croulante dette médicale.

Si l’industrie du jeu vidéo se dirige dans ce sens, alors peut-être pourrais-je cesser d’écrire à propos des jeux vidéos et vraiment commencer à en faire.

Voilà pour les questions! Vous pouvez lire les articles de Jonathan Holmes sur Destructoid.com, vous pouvez visionner ses vidéos sur YouTube.com/DTOID et vous devriez vous procurer son nouvel album. Vous sentirez meilleur et grandirez d’au moins 5 centimètres. Fait.

Monsieur Camion remercie sincèrement Jonathan Holmes pour cette entrevue!

Poster un commentaire

Classé dans 5 Questions

Windows Phone 8: Certains détails se font connaître

Ah, Windows Phone. Ma plateforme mobile favorite. Élégante, tout à fait différente, elle n’a malheureusement pas encore obtenu le niveau de traction qu’elle mérite.

Avec la sortie de Windows 8 quelque part cette année, Microsoft a décidé d’aligner le lancement de la prochaine version de Windows Phone, au nom de code Apollo. Cette sortie de l’OS mobile promet d’apporter un grand lot d’améliorations, beaucoup d’entre elles brouillant la limite entre téléphone intelligent et ordinateur personnel.

Au menu, on trouve entre autres un changement du noyau de Windows Phone, qui passera du noyau de Windows CE au noyau de Windows 8, permettant aux développeurs de réutiliser une bonne partie du code de leurs applications écrites pour le bureau. Il a aussi été rapporté que l’OS supportera désormais les processeurs double-coeur ainsi que des écrans à résolutions variées.

Ces quelques faits à eux seuls aideront à amener la plateforme à parité avec les Android et iOS de ce monde, du moins côté spécification. Ceci met beaucoup de joie dans mon coeur. Je sens qu’une révolution mobile approche à grand pas.

Voir: Windows Phone 8 Preview, sur Paul Thurrot’s Supersite For Windows

Poster un commentaire

Classé dans Gadgets&Gear